Après avoir navigué toute la nuit dans la mer des Caraïbes, précisément dans le bassin de Tobago, nous arrivons à Kingstown capitale et principale centre commercial de Saint-Vincent et des Grenadines. Fondée par les colons français peu après 1722.

Nous avons rendez-vous avec quelques amis du groupe « Les amis du Monde » pour une visite de l’ile. Dans un minibus, quatorze touristes prennent une place dont nos amis canadiens Laurent et Corinne et nos amis du sud Fabrice et Agnès.

 

Kingstown est une petite ville au charme anglo-saxon. Notre minibus nous emmène, par ses rues étroites à l’ombre des maisons et des bâtiments coloniaux, au fort Charlotte qui surplombe la ville. Un arrêt visite, quelques clics de photos, nous repartons pour faire le tour de l’ile à travers les routes sinueuses de la forêt tropicale. De belles vues sur la baie ou le Poesia se repose. Second arrêt à la cascade de « Dark View ». Après avoir traversé un pont suspendu fait en roseaux et cordages métalliques, une cascade spectaculaire descend sur une plateforme de piscine ou les plus courageux du groupe font l’expérience d’un massage corporel.

Pour le troisième arrêt, notre chauffeur nous conduit vers l’anse qui a servi de plateau de tournage du film « Les pirates des Caraïbes ». Le réalisateur fut inspiré par le fait que cette île, dans un temps plus ancien, fut le paradis des pirates, flibustiers et autres boucaniers.

Le circuit se termine par un arrêt plage.

Ce tour nous a permis de découvrir la végétation et la vie des habitants. Ce sont pour la plupart des Jamaïcains aux tresses importantes appelées Rasta ou dreadlocks. Cette coiffure ancestrale, devenue incontournable, traverse les civilisations.

J’ai appris que les cheveux ne sont pas coupés ou brossés, grandissent naturellement en faisant des torsions. Les cheveux emmêlés forment ainsi des dreadlocks.

Toutefois, si quelques autochtones perdurent dans la tradition, beaucoup se simplifient la vie en achetant de fausses tresses et vu le nombre de marchands, c’est une évidence.

 

Nous retournons à bord, fourbus de cette journée intense. Levés à 6 heures, nous étions dans notre minibus à 8h30 pour un retour à 17h. La consigne était tous à bord à 17h30, l’ancre fut levée à 18h.

À bord, nous avons le plaisir de retrouver Magali, notre chanteuse française qui nous a ravis pendant le TDM de 2020. Elle est arrivée pour une durée de dix jours ayant un contrat de deux spectacles sur la scène du théâtre.

Retrouvailles émues entre nous avec Marc notre ami belge et Magali. Nous prévoyons de souper ensemble tous les quatre.

 

 

Annie  -  mardi 17 janvier 2023